vers le contenu

vers la navigation

Bg  |  De  |  En  |  Esp  |  It  |  Pl  |  Ro

Tests de nourrissement comparatifs

En 1997 et 1998, l'Agence bavaroise pour l'Apiculture d'Erlangen a procédé, avec quelque cent colonies, à une vaste série de tests sur les sites d'Erlangen et de Kringell pour étudier le nourrissement d'hiver avec des produits à base de saccharose et d'amidon. Ces tests visaient à déterminer l'influence de la composition des produits de nourrissement sur différents aspects:

Digestibilité chez les abeilles selon les sites

Sur les deux sites, tous les cheptels d'abeilles nourrisavec APIINVERT® ont survécu.
En revanche, d'importantes pertes ont parfois été enregistrées chez les colonies nourries avec des produits à base d'amidon saccharifié. Aussi bien l'intérieur que l'extérieur des ruches présentaient d'importantes traces d'excréments. Les colonies vivant dans ces ruches n'ont pas survécu à l'hiver. Cette observation vaut notamment pour le site de Kringell où les conditions climatiques sont plus difficiles.
Ces résultats pourraient éventuellement s'expliquer par le fait que les oligosaccharides (sucres multiples) sont difficilement décomposables par les enzymes sécrétées par les abeilles. En conséquence, le système intestinal des abeilles est particulièrement sollicité, ce qui peut se traduire par des diarrhées. Cet effet se trouve encore renforcé par le fait que les produits à base d'amidon saccharifié ont une teneur parfois très forte en cendres et en substances colorantes.

Modification du spectre du sucre entre le nourrissement et le stockage dans les rayons

Parmi les diverses enzymes sécrétées par les abeilles, l'invertase est la plus importante pour la décomposition des hydrates de carbone. Elle permet la conversion du saccharose (sucre double) en fructose et en glucose. Dès lors, ces monosaccharides (sucres simples) peuvent être assimilés relativement rapidement par les abeilles comme sources de nutriments.
En revanche, le maltose (sucre double) contenu dans les produits à base d'amidon saccharifié met beaucoup plus de temps à se transformer en glucose et est donc moins assimilable par les abeilles. Dans certains cas, la teneur en maltose de la nourriture mise à disposition a augmenté jusqu'à la sortie de l'hivernage, ce qui laisse présager d'autres réactions ultérieures. Les oligosaccharides ainsi produits ne sont que très difficilement assimilables par les abeilles.

Tendance à la cristallisation des produits à l'intérieur des rayons

La tendance à la cristallisation de la nourriture a été observée à l'intérieur des rayons et après la sortie del'hivernage. A cet égard, il s'est avéré que les sirops de nourrissement riches en glucose et en maltose présentaient une cristallisation particulièrement élevée. Dans certains cas, le sirop mis à disposition à l'intérieur des rayons n'a pas pu être isolé en raisonn de l'encroûtement des cristaux.
Dans les rayons des colonies qui ont été nourries avec APIINVERT®, on a noté une faible tendance à la cristallisation. En conséquence, les abeilles disposaient de suffisamment de nourriture assimilable.